Maurice en mode sport : stand-up paddle

Côte Sud-Ouest

Le temps est légèrement couvert ce matin lorsque nous quittons la plage de Tamarin. En équilibre sur le stand-up paddle, prêt à pagayer à la découverte de la mer et de ses trésors de beauté, Arnault Théveneau explique au préalable la bonne position à adopter sur la planche et les bons gestes.

Et c’est aprti ! Au milieu de la baie, une belle surprise attend l’équipe… Des ailerons de dauphins fendent la surface de l’eau.

Nous longeons la plage de sable blanc de Flic en Flac. Le spectacle sous nos pieds est fabuleux. Des patates d ecorail, de 20 cm à plus d’un mètre de diamètre tapissent le fond. De multiples poissons filent sous notre planche. Un tantinet destabilisant ! Mais le stress du débutant finit par passer. Et nous nous surprenons à lever le nez de notre planche pour admirer le paysage et tailler une bavette ! Des plaisanciers sur leur bateau nous saluent. Nous avons l’impression de marcher sur l’eau.

Arnault s’amuse à prendre quelques vagues en surf. Le Stand Up Paddle de vague en vague est plus fin et permet de glisser sur des vagues assez conséquentes. Nous ne tenterons pas le diable évidemment ! Ce spectacle nous comble déjà en bien des façons. Le retour est plus sportif, raison pour laquelle notre guide propose que nous ramions assis pour limiter la prise au vent. Nous dépassons un lieu boisé et faisons face à la montagne du Rempart et celle des Trois Mamelles. Plus un loisir qu’un sport – à notre petit niveau bien sûr – ce stand-up paddle fait l’unanimité. Et devant l’enthousiasme général, Arnault suggère une promenade tout aussi douce, en pirogue polynésienne, en compagnie de son frère Cyril.

Connaissez-vous la pirogue polynésienne à balancier ? Le Va’a, aussi appelé Outrigger Canoë, est une pirogue dont la stabilité est assurée par un balancier unique, relié à la coque par deux bras en bois. Les liens sont assurés par des lanières de caoutchouc, à la fois souples et résistantes. Le rameur est équipé d’une pagaie simple come en canoë, dont la pale est inclinée vers l’avant. On distingue les V1 (Va’a hoe), V3 (va’a toru), V6 (va’a on) et V12 (pirogue double).

Les principales différences entre le va’a et l’OC (Outrigger Canoë hawaïen) tiennent du fait de l’abscence de safran sur les va’a, quel que soit le modèle, et dans une esthétique plus tendue, plus fine. On ne rencontre jamais de V2, contrairement  à son homologue OC2 hawaïen, du fait de l’abscence de safran pour diriger. Le va’a s’adapte à tous les plans d’eau : de la pirogue pour la balde à l’engin de course en ligne sur les plans calmes. Il peut devenir un excellent bateau de mer. Tranquille et gros porteur en randonnée, c’est un avion de chasse de compétition ! La pratique en équipe permet d’envisager la mixité homme-femme et sénior-junior. Pratiqué à haut niveau, c’est un sport de fitness à la fois d’endurance et de cardios, selon les épreuves choisies.

Mais pour l’heure, Cyril n’a nullement l’intention de nous entraîner dans une quelconque compétition ! Il met ses pirogues à disposition pour des promenades sur le lagon et des excursions pour aller voir les dauphins. L’idée d’une demi-journée dans cette curieuse embarcation avec à la clé un pique-nique – pour ne pas dire un festin ! – nous séduit déjà. Les enfants sont autorisés, deux petits maximum par canoë. Idéal pour les familles !
Les plus téméraires, eux, pourront tenter une randonnée plus sportive pour expérimenter de réelles sensations de vitesse.

Côte Est

La Sup School est la seconde entité de l’école de Maude et Julien : Kitesurf Paradise. Le Stand Up Paddle (glisse sur une grande planche de surf à rame) est l’alternative rêvée durant les jours sans vent. La côte orientale est un terrain de jeu extraordinaire… Avec ses lagons turquoise, les labyrinthes des mangroves, ses rivières tropicales jonchées de fleurs, ses îles aux noms évocateurs tels que l’île aux Cerfs, l’île d’Amour ou encore l’île aux moineaux, elle concentre des trésors.

Alors que vous progressez doucement et silencieusement dans cet ecosystème si atypique, vous ne comptez plus les poissons tropicaux qui se faufilent sous votre carène ! Demoiselles, balistes, anclus, poissons papillons et mérous captent toute votre attention. Les oiseaux aussi se manifestent !

Sans prétention aucune, Maude et Julien avouent avoir été les pionniers du Stand Up Paddle à Maurice. « L’apprentissage ne dure que quelques minutes » confirme ce couple de passionnés. L’avantage est que chacun peut y aller à son rythme. Les enfants, vêtus d’un gilet de flottaison, peuvent même se mettre à plat ventre sur la planche de leurs parents dès l’âge de 3 ans. Les femmes enceintes apprécient la tranquilité et la sécurité de cette acitivté. Quant aux retraités, ils sont « accros » ! Mais la dernière trouvaille quant à l’utilisation de cette planche au potentiel illimité est le Stand Up Paddle fitness. Après avoir remarqué que ces balades faisaient travailler harmonieusement les muscles des pieds à la  tête pour garder l’équilibre, l’idée de développer un sport à part entière a pris forme. Les Californiennes en raffolent ! Alors pourquoi ne pas profiter d’une séance de 45 minutes entre deux séquences de farniente pour redessiner votre silhouette ?

Source : Océan Indien Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>