Le développement durable est-il compatible avec le tourisme?

Intégrer le développement durable au tourisme est devenu une nécessité. Ce dernier a pris une place beaucoup trop importante pour être ignorée : un impact économique non négligable (6,7% du PIB), un impact environnemental (transport, aménagement du territoire…), un impact social (900 000 emplois en France) un impact sociétal (accessibilité des lieux, amélioration des conditions d’emploi et de travail, parité, diversité…) et un impact culturel (la France est la première destination touristique mondiale).

Un secteur fortement sensible aux conditions météorologiques et aux futurs changements climatiques. Des changements qui risquent fortement de modifier l’activité de certains lieux à l’activité saisonnière comme les côtes méditerranéènes ou les sports d’hiver en montagne.

Le comportement de fond des clients a lui aussi connu un récent changement. Selon une étude récente d’Atout France, 88% de la clientèle trouve la démarche de tourisme durable intéressante, 69% des français sont prêts à privilégier une destination en faveur de l’écologie, 86% sont prêts à adopter un comportement d’éco-consommateur et 56% sont prêts à choisir un établissement disposant d’un éco-label. Cependant, il faut faire la différence entre les volontés d’achat responsable et leur consommation réelle. Si beaucoup se disent favorables, le tourisme responsable ne représente que 4% du marché touristique  actuel.

Les produits liés au tourisme vert les plus consommés sont des hébergements s’engageant dans le respect de l’environnement (17%), des modes de transport respectueux de l’environnement (15%) et des produits bio (12%).

L’intégration du développement durable au tourisme montre une normalisation des comportements même sur les lieux de vacances. Des gestes du quotidiens à perpétuer même si l’on ne se trouve plus chez soi : tri des déchets, économie d’eau et d’électricité etc… Les professionnels l’ont bien compris et sont de plus en plus nombreux à integrer des normes environnementales à leurs offres comme Les Orangeries dans la Vienne, La Pérouse à Nantes, Les Cols Verts en Vendée ou encore le camping La Venise Verte dans le Marais Poitevin. Les grandes enseignes s’y mettent aussi : Best Western a ouvert à Soisson le premier hôtel labélisé HQE en France.

Des associations comme Mountain Riders s’engagent pour un développement durable en montagne et œuvrent pour le développement de meilleures pratiques dans la profession (charte des stations, éco-guides…) et accompagner les territoires dans leurs démarches (association Citoyens de la Terre et leur démarche Eveil Tourisme).

Les collectivités ne sont pas en reste : la création d’une offre « tourisme durable» pour les groupes, la mise en œuvre de campagnes de sensibilisation, la diffusion d’informations auprès des professionnels, la création d’une charte européenne dans les espaces protégés pour les Parcs naturels régionaux, l’incitation avec des appels à projets de tourisme durable, la création de projet innovant comme le Handi-Cap-Océan à La Teste de Buch et la valorisation au travers de trophées.

Autres acteurs : les fédérations. La fédération française de surf a mis en place un programme ecosurf au travers duquel sont mises en place des animations sportives et de compétitions afin de sensibiliser le public à l’environnement et aux éco-systèmes. Les fédérations hôtellières proposent également des diagnostics environnementaux gratuits afin de déterminer si certains hôtels ont besoin d’être mis aux normes.

Ainsi, le tourisme n’a pas d’autre choix que de devenir compatible avec le développement durable. Mais les nouvelles offres doivent correspondre à un engagement réel des professionnels en s’inscrivant dans des démarches territoriales plus large.

Faites votre demande de devis auprès de nos partenaires pour un voyage sur mesure sur plus de 70 destinations

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre numéro de téléphone (obligatoire)

Sujet

Votre message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>